9

SAMI : UNE JEUNESSE EN LAPONIE

JEUDI 12 NOVEMBRE 2020 | 20h30

Réalisé en 2018 par Amanda Kernell | SUEDE | 1h53

avec Lene Cecilia Sparrok, Hanna Alström, Mia Erika Sparro

Elle, 14 ans, est jeune fille d’origine Sami. Élève en internat, exposée au racisme des années 30 et à l’humiliation des évaluations ethniques, elle commence à rêver d’une autre vie. Pour s’émanciper et affirmer ce qu’elle souhaite devenir, elle n’a d’autres choix que de rompre tous les liens avec sa famille et sa culture.

9 commentaires

  1. C’ était pas l’ histoire de la grand-mère de Greta Thunberg ??

  2. On peut faire un parallèle avec l’histoire des amérindiens et l’on constate que les
    anciennes cultures et modes de vie sont persécutées par les hommes dit civilisés.
    L’héroîne ne serait pas parti, si elle avait pu faire ses études comme les autres
    suédois.Trés beau film avec de magnifiques paysages Encore un bon film!

  3. Ce film m’a profondément touché. Cette femme âgée semble seule malgré la présence de sa petite fille et de son fils. La suite du film explique pourquoi. Ces images de discriminations, ces humiliations constantes, cette intégration forcée (mais pas trop quand même ce sont des inférieurs !), rappelle durement que la Laponie a été colonisée par la Suède. La Colère de cette jeune fille est salutaire même si elle fait souffrir son entourage. Ce film soulève aussi la difficulté d’intégration des minorités sans qu’elles perdent leur âme et leur culture. Il prouve aussi que l’on peut vaincre par la connaissance toutes les formes d’obscurantisme. Il nous faut constater aussi que la blessure n’est pas totalement cicatrisée ! Je crois que c’est l’histoire de la gd-mère de la réalisatrice. J’aime ce cinéma. Anne

  4. volonté et courage pour cette jeune fille qui ne trouve sa vie que dans le renoncement à ses origines……..jusqu’à la mort de sa soeur.
    j’ai aimé la lenteur du film que j’ai trouvé quand même un tantinet longuet.
    j’ai aimé les ellipses du scénario même si j’ai eu envie d’en savoir plus sur la vie de femme de elle-marja.
    j’ai été un peu chagrinée par certaines invraisemblances ( entrée à l’école de uppsala, robe noire inusable, etc….)
    en tout cas magistrale dénonciation ,rien que par l’image ,du rejet de ceux qui ont des cultures différentes, de l’humiliation infligée à ceux qui sont considérés comme inférieurs,de la dureté d’une « société » installée et dominante, de l’incompréhension de pédagogues dont la principale qualité devrait être l’ouverture, et j’en oublie. le désespérant c’est qu’on pourrait tourner le même film dans tous les pays et à toutes les époques, y compris la nôtre!!

  5. Le récit touchant d’une jeune adolescente rejetant ses origines, en quête d’une nouvelle identité. Un film qui montre le côté sombre de la Suède envers un peuple les Lapons. Un très beau film j’ai beaucoup aimé

  6. Merci pour ce magnifique film ! belle découverte ! photographie et gros plans des visages ; émotions retenues imperceptibles de toute beauté ; les mains dans l’eau , que de grâce ! et le courage de refuser la double contrainte en perdant une partie de son être ! toute culture et double culture, est une richesse ! Le regard de cette jeune fille nous interrogera longtemps face à toutes les discriminations et vive le respect et la diversité …

  7. J’ai aimé ce film. Ce film montre le courage et la volonté du personnage

  8. Jésus,Marie,Joseph Staline
    comme dirait Corinne .
    Film sombre mais étonnante reconstitution de l’ époque .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *