Programme pdf
Adhérer
Zana Briski est née à Londres en 1966. Après une maîtrise de théologie et d’étude des religions à l’université de Cambridge, elle étudie le documentaire photographique au Centre International de Photographie de New-York.
Elle a fait son premier voyage en Inde en 1995 et produit un reportage sur l’infanticide.
Elle retourne en Inde en 1997 et démarre un projet sur les prostituées du quartier chaud de Calcutta.
Après avoir réalisé Camera Kids, en 2002, Zana a créé « Kids with Cameras », une organisation sans but lucratif qui a pour mission de responsabiliser les enfants marginalisés dans le monde à travers l’apprentissage de l’art et de la photographie. Camera Kids reçoit l’Oscar du Meilleur Documentaire en Février 2005. Le titre original est plus violent : Born into Brothel (Nés dans un bordel). On y fait connaissance avec des enfants d’un quartier chaud de Calcutta, où la photographe et journaliste Zana Briski était venu enquêter sur la condition des femmes. Devant la curiosité des enfants pour son travail, elle leur a enseigné la technique de la prise de vues, avant de confier à chacun un appareil photo. Ces filles et fils de prostituées, mis au ban de la société, sont devenus reporters de leur propre vie et artistes : la force de leur regard a surgi, d’une manière magnifique, dans des photos qui ont été exposées, mises en vente et leur ont ouvert un nouvel horizon. C’est cette histoire que retrace Camera Kids. Toute la valeur de la démarche de Zana Briski rejaillit d’emblée sur ce film : il suffit de voir les enfants, le monde où ils vivent et leurs photos pour être captivé. Mais ce documentaire est aussi une réussite du point de vue du cinéma. La place des enfants s’y dessine dans sa complexité. Après un déclic parfois miraculeux, spontané et presque facile, être à la hauteur de tout le bien qu’on dit soudain d’eux n’est pas simple pour ces gosses habitués à être dénigrés. On voudrait en savoir plus sur la vie des mères prostituées de Calcutta et sur les pères, apparemment tous déchus. Mais l’essentiel est là : les enfants et leur parole aussi émouvante que leurs images.

Les commentaires sont fermés.